05/02/2008

Sarko a fui comme la peste un nouveau référendum populaire

*Congrès de Versailles : *
*Attac condamne le passage en force du traité de Lisbonne approuvé
aujourd’hui par les parlementaires*

http://www.france.attac.org/spip.php?article8196

Les parlementaires viennent aujourd’hui en congrès de voter la
modification de la constitution préalable à la ratification du traité de
Lisbonne. Ainsi ils ont validé la forfaiture présidentielle consistant à
imposer au peuple français le traité rejeté par celui-ci en 2005. Il
s’agit là d’un des plus graves coups portés à la démocratie dans notre
pays, avec la complicité de la plupart des députés et sénateurs. Ceux-ci
avaient pourtant la possibilité de bloquer le processus et d’imposer un
référendum au président de la République : ils ne l’ont pas fait,
invoquant des raisons aussi fallacieuses les unes que les autres !

Attac tient cependant à saluer les parlementaires qui, à Versailles,
bravant parfois les consignes de leurs directions, et quelle que soit
leur opinion sur le contenu du traité, ont refusé de cautionner ce déni
de démocratie et souhaité redonner la parole au peuple souverain. De
même, nous nous félicitons de la forte mobilisation populaire qui s’est
déroulée aujourd’hui à Versailles lors du Congrès, ou plus de 1 000
personnes étaient rassemblées. Celle-ci est une preuve que les
citoyennes et les citoyens n’ont pas renoncé à faire entendre leur voix.
Elle confirme, avec les centaines de réunions publiques qui ont eu lieu
ces derniers mois, l’intérêt que portent toujours les citoyennes et les
citoyens à la question européenne.

Ce qui s’est passé en France va hélas se reproduire dans la plupart des
États de l’Union européenne, puisque l’ensemble des dirigeants se sont
entendus pour faire passer ce texte au pas de charge sans jamais
demander son avis au peuple. Seule l’Irlande aura droit à un référendum,
par obligation constitutionnelle.
Ce processus montre l’échec des élites néolibérales à faire accepter
leur projet par les Européens. À ne plus pouvoir construire l’Europe
néolibérale sans les peuples, on l’a construit contre l’avis qu’ils
expriment dans les urnes. Les procédés anti-démocratiques s’ajoutent les
uns aux autres, absence de consultation populaire, remise en cause des
droits sociaux nationaux par une Cour de justice toute puissante… Cette
dérive mortifère ne pourra perdurer très longtemps. La crise financière,
qui fait des dégâts bien au delà des banques, nous le montre une fois de
plus aujourd’hui : le néolibéralisme doit être dépassé de toute urgence.
C’est pourquoi Attac France et les Attac d’Europe continueront sur ces
sujets à jouer leur rôle de mouvement d’éducation populaire tourné vers
l’action : dénoncer les politiques néolibérales européennes, proposer
des alternatives concrètes, être partie prenante de la construction de
mobilisations sociales européennes. Attac prendra notamment très
rapidement des initiatives pour faire de la présidence française, puis
des élections européennes de 2009, de vrais moments de mobilisations et
de débats. Le Forum Social Européen en septembre 2008 sera également un
moment important pour rassembler toutes les initiatives  citoyennes et
avancer des propositions pour l’Europe que nous voulons.

Attac France,
Versailles, le 4 février 2008



00:12 Écrit par Freddy Dewille dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.